Qui est Mgr Nicolas LHERNOULD ?

Vie de l'Eglise
Typography

Un « père » géniteur présente son « père » spirituel

Monsieur Pierre LHERNOULD nous donne son fils et nous le présente. Ils sont devenus par vocation, réciproquement père l’un de l’autre.
Bienvenue à Mgr Nicolas et sa famille dans notre Église d’Algérie !


Parents - Belle soeur - frèreMarie-France et Pierre Lhernould, nous sommes les parents de Nicolas à qui le Saint Père vient de demander de venir servir l'Église dans le diocèse de Constantine.

Nicolas vous a déjà dit son attachement à l'Afrique du Nord,  qu'il a choisi de servir, déjà depuis 20 ans en Tunisie.

Nicolas et son frère Christophe, de deux ans plus jeune, marié aujourd'hui avec Aure, ont grandi avec nous, et dans l'amour affectueux de leurs grands parents. 

Nos activités professionnelles, pour Marie-France, le professorat dans une école dirigée par les Ursulines, et la technique informatique en ce qui me concerne, nous ont laissé le temps d'être présents pour accompagner leur enfance.

Leur scolarité, à l'un et à l'autre s'est déployée au sein d'une école qui s'attachait, outre à la formation nécessaire, au développement harmonieux des enfants.

Au cours de ses études supérieures, Nicolas s'est vu proposé par les responsables alors des classes préparatoires qu'il fréquentait, de venir, avec d'autres jeunes, accompagner pendant quelques semaines, un groupe d'enfants de Tunis pour les aider dans leur scolarité. Après une première hésitation, prétextée alors par la chaleur estivale qu'il pensait ne pas pouvoir supporter, il a fait sa première découverte de la Tunisie. De fil en aiguille, il y est revenu, finalement comme coopérant, pour enseigner les mathématiques.

Au cours de sa première année d'enseignement, avec son frère, nous sommes venus lui rendre visite et découvrir à notre tour un peu de la Tunisie. C'est là, un soir, au cours du dîner, qu'ilP. Nicolas nous a annoncé qu'il souhaitait entrer au séminaire en vue du sacerdoce. Cela, à vrai dire ne nous a pas totalement étonnés, c'était une hypothèse plausible !...  La surprise était plutôt dans la seconde partie de l'annonce à savoir, que son désir était de choisir le diocèse de Tunis. La surprise passée... nous sentions que c'était là un choix réfléchi, et, comme le dira au moment de son ordination diaconale, le supérieur du séminaire, un choix discerné d'une vocation acceptée. 

Depuis ces vingt ans, bien que la distance ne nous permette pas de nous retrouver très souvent, même si Nicolas est fidèle et très proche de la famille, nous constatons que ce choix était vraiment réponse à un appel qui le rend heureux.

Aujourd'hui, nous croyons que c'est le même choix qu'il a fait de servir au cœur de l’Église d'Afrique du Nord qui le mène vers le diocèse de Constantine. Nous avions appris à découvrir la Tunisie depuis quelques années, c'est avec plaisir qu'aujourd'hui nous découvrirons l'Algérie, petit à petit.

Notre histoire a fait que, lorsque Nicolas nous annonçait son entrée au séminaire, nous pouvions lui annoncer de notre côté que depuis quelques années nous réfléchissions au chemin qui nous mènerait à vivre notre foyer en y incluant le diaconat. Une année après l'ordination diaconale de Nicolas, c'est lui qui, le jour de mon ordination m'a remis mon étole. J'ai pu, quelques mois plus tard, l'assister comme diacre au cours de sa première messe. Et comme le diacre, avant de proclamer l’Évangile demande la bénédiction du célébrant, je me suis naturellement adressé à lui en demandant :"Père, bénissez moi"...  

Propos recueillis par
Rosalie SANON, SAB

 

Prière pour la consécration épiscopale de P. Nicola Lhernoud