Un petit coin de paradis

Vie de l'Eglise
Typography

C’est un hameau de verdure au bout d’une impasse au beau milieu d’Alger, proche de la rocade ; on y trouve un sous-bois, un jardin potager, de grands eucalyptus qui nous promettent de l’ombre cet été, des pins généreux et en ce mois de février les mimosas qui sont en pleine floraison nous rapprochent de l’Éden !

En fait c’est bien un « petit coin de paradis » comme aiment à le dire les différents participants aux nombreuses sessions qui s'y déroulent. Ceux qui connaissent ce lieu l’auront deviné, nous sommes à la maison Bensmen où depuis 1946 les pères Jésuites animent de par leur présence de nombreuses activités : un foisonnement d’idées.

Derrière cette grande bâtisse un peu carrée se cache une maison de style arabe, de petits patios qui invitent au recueillement, à la contemplation. C’est le père Christophe Ravanel, aidé par le père Roland Doriol, qui prennent soin de ces lieux tout en accueillant les personnes de passage et de nombreuses sessions.

Des sessions, voilà un mot qui convient bien à ce lieu : il y en a au moins une par mois, à commencer par les retraites de type Ignacien, propres aux Jésuites, qui durent une semaine, en passant par les Chantiers d’été pour remettre en ordre la propriété avec les étudiants sub-sahariens et de jeunes Algériens en mal d’activités durant les vacances, puis les Journées artistiques, et d’autres propositions comme Vivre son âge et tout dernièrement une conférence sur le Taoïsme, (cf ci-dessous), soit autant d’offres qui varient selon la demande, mais aussi en fonction des personnes ressources qui sont en contact avec la Maison. Par exemple lorsqu’une religieuse très sensible à   « Justice et Paix »   arrive sur Alger, c’est tout naturellement qu’elle traitera ce sujet lors de nombreuses sessions de formation. « C’est un lieu de prière - explique le père Christophe - mais aussi de rencontre entre chrétiens, mais pas seulement, car de nombreux musulmans participent à certaines sessions, dont le fameux groupe de recherche islamo-chrétien le Ribaat. »

 Bensmen est bien sûr au service de l’Église locale grâce aux formations proposées et aux week-ends de prière, mais aussi au service de la société algérienne. « On essaie d’être en phase avec la société qui nous entoure », c’est ainsi que des activités de type artistique ont pu se développer, permettant à des femmes principalement de se rencontrer en exprimant quelque chose d’elles-mêmes à partir d’un art. Il existe même des  Journées pour soi, tout un programme où après un moment d’accueil chacun peut, à son gré, lire, se promener, écouter de la musique, se reposer loin du stress quotidien de la capitale, dans ce cadre idéal pour se ressourcer. «  Aujourd’hui les gens ont de plus en plus besoin d’écoute et d’être écoutés » ; pour y répondre ont lieu des sessions d’accompagnement spirituel mais aussi de conseil psychologique, ;( « ces formations ne sont pas proposées par nous mais par PRH ou suivies ailleurs par des personnes que nous hébergeons ». Pour les amateurs de Yoga des séances sont proposées plusieurs fois par semaine dans la salle attenante aménagée à cet effet. Tout dernièrement des sociologues algériens qui se retrouvaient sur Alger ont pour la première fois choisi Bensmen comme lieu de travail et ils ont bien l’intention d’y revenir !

A Bensmen on se sent en famille, grâce aussi au jardinier, au cuisinier, aux ménagères et à la maîtresse de maison : tous sont là pour veiller à l’intendance et faire en sorte que les personnes qui passent (on compte environ 2000 nuitées par an) puissent trouver ce qu’elles cherchent.

Les « cheminants » peuvent être sûrs de l’accueil et de l’écoute attentive qu’ils attendent.

 Il existe ainsi des lieux discrets mais pleins de vie. Bensmen en fait partie et mérite d’être toujours plus connu et soutenu, à l’image de cette Église d’Algérie, petite en nombre, mais grande par sa créativité et ses services auprès plus démunis de la société.

Malgré les embouteillages caractéristiques d’Alger nous étions une bonne trentaine de personnes à assister à la conférence atelier sur le TAO1, donnée dans le domaine de Ben Smen tenu par les Jésuites. Une salle bondée où les hommes, peu nombreux, sont un peu perdus au beau milieu de la gent féminine. Des personnes de tous âges, même si la plupart sont des seniors ! Une jeune fille est même venue de Medea, c’est dire l’importance de l’événement. La conférencière, Madame Nannette van Zanten, qui vit entre la France et l’ Algérie, est une praticienne de cette médecine traditionnelle chinoise. Quelques-unes des participantes se connaissent et se saluent, d’autres viennent pour la première fois à Ben Smen ; leurs tenues vestimentaires et leur parfaite connaissance de la langue française laissent transparaître un milieu social moyen, voire supérieur !

Adila, l’organisatrice, nous parle de son amitié avec madame van Zanten dont cette conférence est le fruit. Bien sûr nous en apprenons un peu plus sur le yin et le yang, sur les quatorze méridiens qui relient différents organes de notre corps et les 360 points d’acupuncture qu’il comporte. Quelques exercices d’auto-massage sont proposés malgré la salle comble et la difficulté de la proximité des participants. Après une bonne heure d’explications, c’est le temps des questions qui fusent de tous côtés : la gestion du stress, la respiration, le foie, l’arthrose, gestion de la colère, les maux de tête, tout y passe et cela pendant au moins une demi-heure. La conférencière est un peu dépassée et n’a pas réponse à tout : force est de constater que la santé est un bien précieux que chacun essaie de préserver au mieux, alors pourquoi ne pas recourir aux méthodes chinoises en ces temps où la médecine en Algérie s’ouvre à d’autres horizons. Ce sera bientôt chose possible puisque prochainement un centre de formation à la médecine traditionnelle chinoise va ouvrir sur Alger et une jeune fille me disait qu’elle comptait bien saisir cette occasion pour se former à cette discipline.

Ben Smen, un centre spirituel qui surprend par la variété de ses activités allant des exercices de Saint Ignace au Taoïsme, en passant par la sociologie, le jardinage… un beau témoignage d’ouverture et de dynamisme !

 Didier Luca


1 Tao est un terme de philosophie chinoise (en caractère chinois 道, dào signifiant « voie, chemin » (Wikipedia)