La prière et l’action apostolique, expression d’un unique amour. Missionnaires de l’Immaculée (PIME)

Vie de l'Eglise
Typography

Un peu d’histoire.

Nous sommes nées en 1936, dans l’environnement du PIME (Institut Pontifical des Missions Étrangères). Notre histoire de fondation est longue de 20 ans et un peu compliquée. Ici, il suffit de dire que nous comptons deux fondatrices, un cofondateur et un inspirateur de notre esprit missionnaire. L’une des fondatrices, Joséphine Rodolfi, était une fille de Milan qui participait aux initiatives du PIME et rêvait d’un Institut féminin similaire ; l’autre fondatrice, Joséphine elle aussi, Joséphine Dones, était une religieuse de l’Institut de la Réparation, qui collaborait avec le PIME dans l’envoi des magazines missionnaires, et elle aussi pensait nécessaire une Congrégation féminine parallèle au PIME, à laquelle elle était prête à rejoindre. L’inspirateur était le bienheureux père Manna, supérieur général du PIME depuis 12 ans, capable de transmettre la passion missionnaire qui l’animait avec le stylo et l’exemple. Cofondateur, enfin, était Lorenzo Balconi, un évêque du PIME en Chine depuis 32 ans, qui pris la relève de père Manna en tant que supérieur général.

La prière telle qu’elle est vécue dans notre famille missionnaire 

Père Manna nous disait :La missionnaire doit voir le monde de la même manière que Jésus, elle doit aimer les âmes de la même manière que Lui ; c’est pourquoi elle doit être avec Lui une seule pensée et un seul amour.
Le langage est de son temps, mais l’idée est claire. Pour rencontrer réellement les autres, il faut prier. Nous avons choisi cette phrase pour la mettre à la tête du chapitre 5, Notre vie de prière, de nos Constitutions, que nous avons révisées au cours des dernières années. Et ensuite, nous avons mis la clé biblique du chapitre : « Vous donc, priez ainsi : Notre Père, que ton Règne vienne. » (Mt 6,9 -10)

Choisissons quelques passages des Constitutions.

Une prière qui nous guide vers un lieu de communion pour tous.
En participant à la profonde relation d’amour de Jésus avec son Père, nous devenons capables d’adorer le Père en esprit et vérité, ce à quoi toute l’humanité est appelée. (83)

Le Fils nous montre ce que la prière est (comment prier).
PrièreNous exprimons et nous approfondissons notre communion avec Dieu dans la prière, en nous inspirant de Jésus qui entretient avec son Père un dialogue ininterrompu d’amour et d’obéissance, où il trouve lumière et force pour la mission. En passant parmi les gens, Jésus exprime sa compassion, sa miséricorde, son admiration. Il se laisse toucher par les situations qu’il rencontre et s’ouvre à la prière et à la louange en entrant toujours davantage dans la volonté du Père. Toujours guidé par l’Esprit, Jésus nous apprend à vivre la prière et l’action apostolique comme expression d’un unique amour. (84)

C’est une vie de prière et d’action.
Disciples de Jésus, laissons que dans notre vie de prière et d’action se soutiennent et se valorisent mutuellement. La prière nous dispose à voir la réalité de la mission avec le regard du Seigneur et elle nous fait vivre le service apostolique comme témoins de ce que nous avons contemplé. Les attentes profondes des personnes et les différentes situations de vie que nous rencontrons dans l’action apostolique, où nous saisissons la présence de l’Esprit qui nous interpelle, transforment notre compréhension de la réalité et ouvrent notre prière à des nouvelles dimensions.
Prière et action rendent plus profonde notre communion avec le Seigneur, dans une contemplation missionnaire qui nous conforme de plus en plus au Christ, unifiant en Lui notre vie. (85)

Ce paragraphe spécifie bien ce que nous voulons de notre prière. Nous disons juste que la prière nous aide à agir dans le monde, à rencontrer des gens, mais aussi que les rencontres et nos actions changent notre prière parce que l’Esprit qui parle en nous est le même que celui qui opère dans les gens que nous rencontrons.
C’est pourquoi, venant en ce Pays nous avons aimé de trouver dans l’Eglise d’Algérie l’icône de la visitation.
En rencontrant Elisabeth, Marie montre la nouveauté et la liberté des relations engendrées par l’Esprit, portant en elles la présence du Christ. Les deux femmes éprouvent, dans la foi, la joie d’une communication spirituelle qui s’ouvre à la louange et à la bénédiction réciproque.(66)

 Cinq points pour parler de notre prière ordinaire.
Les soeursNous consacrons chaque jour un temps prolongé à la prière personnelle, pour rester avec le Seigneur dont nous nous savons personnellement aimées. La prière est véritablement pour nous l’activité la plus importante. (86)

Nous prions les unes pour les autres et donnons à notre prière une dimension universelle : l’invocation pour l’avènement du Royaume s’unit à l’intercession pour tant de nécessités de l’humanité. Nous sommes fidèles à la prière communautaire qui consolide notre fraternité. Nous l’animons avec créativité, en puisant à notre spiritualité et aux prières propres à l’Institut, en tenant toujours compte de nos différentes cultures et du milieu où nous vivons.

Nous avons du respect pour les différentes sensibilités personnelles qui s’expriment par diverses manières de prier, selon les cultures d’origine, les lieux de mission ou les expériences spirituelles vécues. (87.90)

L’Eucharistie est le lieu du discernement, du rendez-vous fraternel dans la prière, le lieu où nous trouvons le soutien et le courage nécessaires pour vivre notre vocation missionnaire. (12)

La prière missionnaire est vécue au milieu même des gens, pendant les voyages, dans n’importe quelle situation, en tout état d’âme.

Au cœur du travail le plus intense et dans les périodes d’aridité et de fatigue, notre fidélité à la prière est soutenue par l’amour personnel envers le Christ et la passion pour l’annonce de l’Evangile. (93)

Nous prions volontiers avec les gens, en partageant avec eux la joie spirituelle d’être un peuple. Nous nous approchons de leurs différentes manières de manifester la foi, en reconnaissant la force évangélisatrice de la spiritualité populaire qui s’exprime par des formes de piété authentiquement chrétiennes. (94)