A QUATRE MAINS

 

L’artisanat, activité féminine attribuée surtout, à une période pas très ancienne, à des femmes « oisives » pour occuper leurs moments libres, contribue de plus en plus à assurer à celles qui le pratiquent actuellement, un revenu substantiel.

Il leur assure une certaine indépendance financière car il recèle diverses potentialités et participe de ce fait au développement économique. Malika et Nadia font partie de ces femmes qui, ayant peu fréquenté les bancs de l’école se sont tournées vers l’apprentissage de la couture.

Malika, l’ainée, fière de ses 26 ans d’activité, a rejoint à l’adolescence, comme d’autres jeunes filles, le centre d’apprentissage de Caritas, à la Casbah d’Alger, tout près de son lieu d’habitation. Elle y apprend pendant deux ans la couture et, comme elle est douée, est vite appelée à former à son tour un groupe de filles, ce qui se fait dans une ambiance conviviale, d’autres formatrices (pâtisserie, macramé, chbika…) ayant agrandi le centre. Vêtements pour femmes et enfants sont ses premiers travaux au sein du centre pour lesquels elle perçoit une petite compensation.

Sa dextérité lui permet peu à peu, après une autre formation au centre de Chevalley, de s’affranchir et accepter des travaux à domicile. Nadia sa sœur, prenant exemple sur son ainée, s’inscrit à son tour dans un centre de formation à Bab-El-Oued. Des premiers modèles copiés, elles passent à des créations et se lancent dans l’habillage de paniers, la création de sacs de différentes formes et aux couleurs chatoyantes… Créativité et innovation sont leur mot d’ordre : Cache-théières, habillage de paniers pour différents usages, serviettes de tables, sous-verres et autres produits pensés, dessinés et produits à la machine finition main impeccable, leur ouvrent les portes de salles d’exposition où leurs créations ont un succès auquel elles ne s’attendaient pas et qui les encourage à persévérer dans l’innovation.

Créations alliant le traditionnel et le moderne, châles, coussins, corbeilles, accessoires à fonctions multiples, nappes et serviettes rebrodées agrémentées de perles, bijoux fantaisie et autres sujets de leur invention leur valent des expositions-ventes à Alger, Sidi-Fredj, Tlemcen, Tipaza, Tizi-Ouzou, à la Maison de l’artisanat et au sein de Caritas.

L’association « Défi de femmes à domicile » à laquelle elles adhèrent, leur ouvre son centre qui fait la promotion des artisanes de tout bord et permet ainsi à leurs produits de dépasser les limites d’Alger et bientôt du pays, pour se faire connaitre et apprécier dans différents salons et en diverses occasions. Gageons qu’elles nous surprendront encore !

Nadia MANSOURI

Extrait de la revue Hayat N°240

 

15 Sep 2020 | A la une, Société

Print Friendly, PDF & Email

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!