Pax & Concordia : société

Placer les femmes et les filles au centre des efforts pour se remettre de COVID-19

Société
Typography

(Article paru dans le site web des Nations Unies Commission économique pour l’Afrique)

Les victimes à tous les niveaux du Covid-19, sont au cœur de la prière de l’Église. Le temps nous donne de découvrir chaque fois davantage jusqu’où, jusqu’à qui, jusqu’à quand s’étend et s’étendra les affres de cette pandémie. Cet article nous livre un pan des angoisses qu’il provoque dans notre monde. Ce partage nous met en communion pour prier et espérer la délivrance de notre monde.

Jusqu’où ? Jusqu’à qui ?  Jusqu’à quand ?

La pandémie de COVID-19 affecte tout le monde, partout.

Mais elle affecte différemment différents groupes de personnes, aggravant les inégalités existantes.

Les premières données indiquent que les taux de mortalité causés par le COVID-19 pourraient être plus élevés pour les hommes. Mais la pandémie a des conséquences sociales et économiques dévastatrices pour les femmes et les filles.

Aujourd’hui, nous lançons un rapport qui montre comment le COVID-19 sont susceptibles d’inverser les progrès limités qui ont été réalisés en matière d’égalité des sexes et des droits des femmes - et recommande des moyens de placer le leadership et les contributions des femmes au cœur de la résilience et du relèvement.

Près de 60% des femmes dans le monde travaillent dans l’économie informelle, gagnant moins, épargnant moins et risquant davantage de tomber dans la pauvreté.

Avec la chute des marchés et la fermeture des entreprises, des millions d’emplois féminins ont disparu.

Parallèlement à la perte d’emplois rémunérés, le travail de soins non rémunéré des femmes a augmenté de façon exponentielle en raison des fermetures d’écoles et des besoins accrus des personnes âgées.

Les progrès perdus mettent des années à être rétablis. Les adolescentes scolarisées peuvent ne jamais retourner à l’école.

J’exhorte les gouvernements à placer les femmes et les filles au centre de leurs efforts pour se remettre de la pandémie.

Cela commence par les femmes en tant que leaders, avec une représentation égale et un pouvoir de décision.

Les mesures visant à protéger et à stimuler l’économie, les transferts en espèces aux crédits et prêts, doivent viser les femmes.

Les filets de sécurité sociale doivent être étendus.

Le travail de soins non rémunéré doit être reconnu et valorisé comme une contribution vitale à l’économie.

La pandémie a également entraîné une augmentation horrible de la violence contre les femmes.

Près d’une femme sur cinq dans le monde a subi des violences au cours de l’année écoulée. Beaucoup de ces femmes sont maintenant prises au piège à la maison avec leurs agresseurs, et ont du mal à accéder aux services qui souffrent de réductions et de restrictions.

C’est sur cette base que j’ai appelé les gouvernements au début de la semaine à prendre des mesures urgentes pour protéger les femmes et étendre les services de soutien.

Le COVID-19 ne conteste pas seulement les systèmes de santé mondiaux, mais teste notre humanité commune.

L’égalité entre les sexes et les droits des femmes sont essentiels pour surmonter ensemble cette pandémie, pour se rétablir plus rapidement et pour bâtir un avenir meilleur pour tous.

ANTÓNIO GUTERRES,
secrétaire général de l'ONU

Source : Article paru dans le site web des Nations Unies Commission économique pour l’Afrique
https://www.un.org/en/un-coronavirus-communications-team/put-women-and-girls-centre-efforts-recover-covid-19