Pax & Concordia : société

Visites scolaires à l’Ecole d’éducation à l’environnement du Hamma 

Société
Typography

« Râteau à la main et bottes au pied ! »

Mme Debiane Samia, ingénieure en génie de l’environnement, réalise en 2009 son vœu le plus cher, créer l’École d’éducation à l’environnement afin de sensibiliser l’enfant à la préservation de dame nature…

École de d'éducation à l'environnementAvec un métier qui a le vent en poupe au regard de la responsabilité sociétale des entreprises en matière d’environnement, Samia Debiane n’a pas hésité, une seconde, pour s’investir dans la création de l’École de l’éducation à l’environnement. Aussi en 2009, elle quitte sans regret, le poste qu’elle occupait depuis 1997 au sein même du jardin du Hamma pour devenir une véritable ambassadrice de la nature et prendre en charge la responsabilité de l’École d’éducation à l’environnement en 2009. Son rêve le plus cher, elle nous le confie : « faire émerger une consciente verte qui permettra le maintien de la qualité de l’environnement ».

Aussi, elle prend à cœur cette nouvelle responsabilité pour sensibiliser toute une génération de jeunes enfants, « éco- École de d'éducation à l'environnementcitoyens » d’aujourd’hui et de demain, et créer ce lien entre les enfants et leur milieu naturel en prodiguant les valeurs environnementales qui lui sont chères. Il s’agit pour elle : « de sensibiliser les enfants à l’existence et à l’importance de la biodiversité, de mettre en pratique des opérations permettant de pratiquer un jardinage respectueux de l’environnement, de sensibiliser au concept du tri sélectif, d’informer sur la durée de vie des déchets et de leurs nuisances à long terme, et en dernier ressort, de sensibiliser sur la préservation des ressources naturelles pour un développement durable ».

L’implantation de cette école en plein cœur du Hamma qui était une ancienne crèche, se trouvait être le lieu idéal pour atteindre ses objectifs. Un lieu écologique par excellence et bénéficiant d’une surface convenable pour accueillir dans des locaux, relativement spacieux, des adhérents de plus en plus nombreux. Rien que pour ces deux dernières années : « Le nombre total atteint le chiffre vertigineux de 879 membres majoritairement adultes, 311 enfants participent aux différents ateliers moyennant une somme modique. Cette école est destinée à toute personne désireuse de s’initier à l’écologie. Le taux de fréquentation est si important que certains postulants sont encore sur liste d’attente. Le nombre de visiteurs ne cesse de croître pour atteindre, entre 2017 et 2018, le chiffre de 11 235 (essentiellement des enfants). Les visites pédagogiques en provenance des écoles, en partie privées, et dans une moindre mesure, publiques, sont en nette augmentation. En 2018, nous avons reçu pas moins de 5469 écoliers dont une partie vient du préscolaire. Et les journées commémoratives (journée de l’arbre, des forêts, biodiversité, environnement, de l’enfant) sont autant de journées de sensibilisation et d’animation (expositions, communications concours de dessin, concours du meilleur exposé, quiz, spectacles) sur différentes thématiques liées à la protection de l’environnement ».

École de d'éducation à l'environnementPour réaliser son programme l’école dispose de trois salles dédiées à la zoologie, à la botanique, au multimédia (projection de documentaires, bibliothèque) et à un jardin pédagogique où les adhérents ont tout le loisir de renouer avec les réalités premières : la terre, l’eau, le ciel à travers les différents ateliers proposés (jardinage, ornithologie, aquariophilie, apiculture) alliant activités éducatives et ludiques. C’est donc, « râteau à la main et bottes au pied que les enfants apprennent à observer la nature et appréhender son rythme » dans l’atelier de jardinage qui reste le plus prisé. C’est aussi « de la fleur au pot de miel qu’ils découvrent l’ensemble des étapes et acteurs qui interviennent en apiculture : de la récupération du nectar à la cuillère de miel qu’ils porteront à leur bouche lors de École de d'éducation à l'environnementla dégustation finale ». L’atelier d’aquariophilie est quant à lui « une expérience qui permet avant tout de reproduire, à une échelle réduite, dans un équilibre stable, un écosystème naturel ». Le bassin expérimental installé à l’extérieur sert de lieu d’expérimentation, annexé à une fermette où s’entremêlent et cohabitent gazelles et poules.

Au final, l’Ecole d’éducation à l’environnement répond aux préoccupations contemporaines qui sont celles de repenser le monde au moins dans sa dimension environnementale pour un mode de vie souhaitable et de permettre à des élèves de réfléchir, dans des environnements différents et à l’occasion d’activités pédagogiques diversifiées, sur l’interaction entre les hommes et la nature. Une expérience méritoire mais infime (se confinant uniquement dans la capitale), en l’absence d’un véritable projet d’éducation à l’environnement au sein des écoles.

En attendant, dans un univers à sa mesure, Mme Debiane Samia, en véritable militante écologique, veille au grain en restaurant les principes de la nature et en inculquant les comportements indispensables pour le « bien vivre » des citoyens.

Dalila Ziani

Extrait de la revue « Hayat » N°240


Lire aussi en arabe