Prières et spiritualité

  • Lecture : Poème au Créateur (Si 42, 15-25; 43, 1-12)

    42.15 Je vais rappeler les œuvres du Seigneur. Ce que j’ai vu, je vais le raconter : c’est par sa parole que le Seigneur a réalisé ses œuvres, tel fut son décret par sa bénédiction.42.16 Comme le soleil, dans son éclat, regarde chaque chose, ainsi la gloire du Seigneur rayonne dans toute son œuvre.42.17 Il est impossible aux anges, les saints du Seigneur, de décrire toutes les merveilles que le Seigneur souverain de l’univers fit inébranlables pour que l’univers soit affermi dans sa gloire.42.18 Le Seigneur a scruté les abîmes et les cœurs, il a discerné leurs subtilités. Car le Très-Haut possède toute connaissance, il a observé les signes des temps,42.19 faisant connaître le passé et l’avenir, et dévoilant les traces des choses cachées.42.20 Aucune pensée ne lui a échappé, pas une parole ne lui a été cachée.42.21 Il a organisé les chefs-d’œuvre de sa sagesse, lui qui existe depuis toujours et pour toujours ; rien n’y fut ajouté ni retranché : il n’a eu besoin d’aucun conseiller.42.22 Comme toutes ses œuvres sont attirantes, jusqu’à la plus petite étincelle qu’on peut apercevoir !42.23 Tout cela vit et demeure à jamais, remplit son office et lui obéit.42.24 Tout va par deux, l’un correspond à l’autre, il n’a rien fait de défectueux,42.25 il a confirmé l’excellence d’une chose par l’autre ; qui se rassasierait de contempler sa gloire ?43.01 L’orgueil des hauteurs, c’est le firmament pur, le ciel qui se dévoile dans une vision de gloire.43.02 Le soleil qui paraît proclame à son lever : « C’est chose admirable que l’œuvre du Très-Haut ! »43.03 À son midi, il dessèche la terre. Devant son ardeur, qui pourrait tenir ?43.04 On a beau activer la fournaise à la fonderie, le soleil embrase trois fois plus les montagnes. Il projette des vapeurs brûlantes et, quand il fait briller ses rayons, il éblouit les yeux.43.05 Grand est le Seigneur qui l’a créé : sur son ordre, aussitôt il prend sa course.43.06 La lune aussi, toujours fidèle à son rendez-vous, indique les époques et marque les temps.43.07 C’est elle qui marque les fêtes, quand cet astre décroît après son plein.43.08 Le mois lunaire lui doit son nom ; sa croissance, durant son cycle, est merveilleuse ; lampe au campement des armées célestes, elle resplendit au firmament du ciel.43.09 L’éclat des astres fait la beauté du ciel, parure de lumière dans les hauteurs du Seigneur.43.10 Ils se tiennent, selon son décret, aux ordres du Dieu Saint, ils ne se relâchent pas dans leurs veilles.43.11 Regarde l’arc-en-ciel et bénis son créateur, tant il est beau dans son resplendissement :43.12 il trace dans le ciel une courbe de gloire, les mains du Très-Haut l’ont tendu.

  • Verset

    V/ Ouvre mes yeux à tes merveilles,aux splendeurs de ta loi.

  • Psaume : 17 - VI

    47 Vive le Seigneur ! Béni soit mon Rocher !Qu'il triomphe, le Dieu de ma victoire,48 ce Dieu qui m'accorde la revanche,qui soumet à mon pouvoir les nations !49 Tu me délivres de tous mes ennemis, +tu me fais triompher de l'agresseur,tu m'arraches à la violence de l'homme.50 Aussi, je te rendrai grâce parmi les peuples,Seigneur, je fêterai ton nom.51 Il donne à son roi de grandes victoires, *il se montre fidèle à son messie,   à David et sa descendance, pour toujours.

  • Antienne

    Vive le Seigneur ! Béni soit le Dieu de ma victoire !

  • Psaume : 17 - V

    36 Par ton bouclier tu m'assures la victoire,ta droite me soutient, ta patience m'élève.37 C'est toi qui allonges ma fouléesans que faiblissent mes chevilles.38 Je poursuis mes ennemis, je les rejoins,je ne reviens qu'après leur défaite ;39 je les abats : ils ne pourront se relever ;ils tombent : les voilà sous mes pieds.40 Pour le combat tu m'emplis de vaillance ;devant moi tu fais plier mes agresseurs.41 Tu me livres des ennemis en déroute ;j'anéantis mes adversaires.42 Ils appellent ? pas de sauveur !le Seigneur ? pas de réponse !43 J'en fais de la poussière pour le vent,de la boue qu'on enlève des rues.44 Tu me libères des querelles du peuple,tu me places à la tête des nations.Un peuple d'inconnus m'est asservi :45 au premier mot, ils m'obéissent.Ces fils d'étrangers se soumettent ; +46 ces fils d'étrangers capitulent :en tremblant ils quittent leurs bastions.

  • Antienne

    Pour le combat, tu m'emplis de vaillance.

  • Psaume : 17 - IV

    31 Ce Dieu a des chemins sans reproche, +la parole du Seigneur est sans alliage,il est un bouclier pour qui s'abrite en lui. 32 Qui est Dieu, hormis le Seigneur ?le Rocher, sinon notre Dieu ?33 C'est le Dieu qui m'emplit de vaillanceet m'indique un chemin sans reproche. 34 Il me donne l'agilité du chamois,il me tient debout sur les hauteurs,35 il exerce mes mains à combattreet mon bras, à tendre l'arc.

  • Antienne

    Ta parole, Seigneur, protège ton fidèle.

  • Oraison

    Dieu qui as donné à saint Antoine de mener dans la solitude une vie héroïque, accorde-nous, par son intercession, de renoncer à nous-mêmes pour t'aimer sans cesse et plus que tout.

  • VIE DE S. ANTOINE, PAR S. ATHANASE

    La vocation d'AntoineÀ la mort de ses parents, Antoine resta seul avec une jeune sœur. Ayant alors entre dix-huit et vingt ans, il prit soin de la maison et de sa sœur.Moins de six mois après le décès de ses parents, il se rendait comme d'habitude à l'église en méditant ; il considérait comment les Apôtres avaient tout quitté pour suivre le Sauveur ; quels étaient les hommes qui, dans les Actes des Apôtres, vendaient leurs biens et en déposaient le produit aux pieds des Apôtres pour que ceux-ci les distribuent aux nécessiteux ; et aussi quelle grande espérance leur était ainsi réservée dans le ciel. En pensant à tout cela, il entre dans l'église au moment de la lecture de l'Évangile, et il entend le Seigneur qui disait à un riche : Si tu veux être parfait, va, vends tout ce que tu possèdes et donne-le aux pauvres ; puis viens, suis-moi, et tu auras un trésor dans les cieux.Antoine eut l'impression que Dieu lui adressait cet évangile et que cette lecture avait été faite pour lui. Il sortit aussitôt de l'église et donna aux gens du village ses propriétés familiales, quinze arpents d'une terre fertile et excellente, pour que lui-même et sa sœur n'en aient plus l'embarras. Après avoir vendu tous ses biens mobiliers, il distribua aux pauvres la grosse somme d'argent qu'il en avait retirée, en ne mettant de côté qu'une petite part pour sa sœur.Une autre fois qu'il était entré à l'église, il entendit le Seigneur dire dans l'Évangile : Ne vous faites pas de souci pour demain. Ne supportant plus d'avoir gardé quelque chose, il distribua cela aussi aux plus pauvres. Il confia sa sœur à des vierges dont il connaissait la fidélité et la mit dans leur monastère pour qu'elle y fasse son éducation. Quant à lui, il se consacra désormais, près de sa maison, au labeur de la vie ascétique. Vigilant sur soi-même, il persévérait dans une vie austère. ~Aussi travaillait-il de ses mains, car il avait entendu cette parole : Si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange pas non plus. Il achetait son pain avec une part de ce qu'il gagnait et il distribuait le reste aux indigents.Il priait sans cesse, parce qu'il avait appris qu'il faut prier sans relâche en privé. Il était si attentif à la lecture qu'il ne laissait rien perdre des Écritures mais en retenait tout et que, dans la suite, sa mémoire pouvait remplacer les livres. ~Tous les habitants du village et les gens de bien qui le fréquentaient habituellement, en le voyant vivre ainsi, l'appelaient ami de Dieu. Les uns l'aimaient comme leur fils, et les autres comme leur frère.Va, pèlerin,                  Stancepoursuis ta quête ;va ton chemin,que rien ne t'arrête.Prends ta part de soleilet ta part de poussière ;le cœur en éveiloublie l'éphémère.R/ Tout est néant,rien n'est vrai que l'amour.N'attache pas ton cœurà ce qui passe.Ne dis pas : j'ai réussi,je suis payé de ma peine.Ne te repose pas dans tes œuvres :elles vont te juger.Garde en ton cœur la Parole :voilà ton trésor.

  • Répons

    R/ Tu es digne, ô notre Dieu,de recevoir gloire et puissance,car c'est toi qui créas l'univers.Par sa parole, le Seigneur a fait ses oeuvres,et la création obéit à sa volonté.Que toutes ses œuvres sont aimables :comme une étincelle que l'on pourrait contempler.Dès son lever, le soleil proclame :Quelle merveille, l'œuvre du Très-Haut ! 

  • Hymne : En toute vie le silence dit Dieu

    En toute vie le silence dit Dieu, Tout ce qui est tressaille d'être à lui !Soyez la voix du silence en travail, Couvez la vie, c'est elle qui loue Dieu !Pas un seul mot, et pourtant c'est son Nom Que tout sécrète et presse de chanter :N'avez-vous pas un monde immense en vous ? Soyez son cri, et vous aurez tout dit.Il suffit d'être, et vous vous entendrez Rendre la grâce d'être et de bénir ;Vous serez pris dans l'hymne d'univers, Vous avez tout en vous pour adorer. Car vous avez l'hiver et le printemps, Vous êtes l'arbre en sommeil et en fleurs ;Jouez pour Dieu des branches et du vent,Jouez pour Dieu des racines cachées. Arbres humains, jouez de vos oiseaux, Jouez pour Lui des étoiles du cielQui sans parole expriment la clarté ; Jouez aussi des anges qui voient Dieu.

  • Introduction

    V/ Dieu, viens à mon aide,R/ Seigneur, à notre secours.Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit,au Dieu qui est, qui était et qui vient,pour les siècles des siècles.Amen. (Alléluia.)

Information sur les prières du jour

Les textes des lectures et des prières du jour sont publiés grâce au service offert par l’Association Épiscopale Liturgique pour les Pays francophones (AELF) :

 

Lectures de la Messe d'aujourd'hui

Lectures de la Messe de dimanche prochain