Les Écritures et l’histoire du salut.

L’histoire d’un peuple. . .

Nous recevons donc dans les Écritures bibliques l’histoire d’un peuple particulier, Israël, qui atteste une expérience de Dieu. Dans cette histoire, nous croyons que Dieu Se donne à connaître et révèle à la fois qui Il est et ce qu’Il attend des hommes pour qu’ils soient saints comme Lui-même est saint.

en marche…

Les grandes étapes de l’histoire d’Israël s’étalent sur environ dix siècles et elles s’articulent autour d’un événement central : sa libération de l’esclavage de Pharaon en Egypte et sa marche au désert à la rencontre de Dieu avec Moïse (Pâque et Exode).

La rencontre avec Dieu au Sinaï est le moment de l’Alliance où Dieu Se nomme et adopte le peuple auquel il promet l’entrée dans une Terre promise. L’horizon de cette terre demeure toujours ouvert, même lorsque le peuple entre dans la terre de Chanaan, car toutes les réalisations des promesses de Dieu et des espérances du peuple y demeurent partielles et sujettes à de perpétuelles remises en question. Dans cette histoire, Dieu Se révèle, Il « parle ››, en actes et en discours. Le peuple va apprendre dans les événements de sa «longue marche ›› à nommer Celui qui le guide, Le prier, Le confesser comme son unique Seigneur, son Père : « C’est par amour pour vous et pour garder le serment juré à vos pères que Yahvé vous a fait sortir à main forte et t’a délivré de la maison de servitude, du pouvoir de Pharaon, roi d’Egypte. Tu sauras donc que Yahvé ton Dieu est le vrai Dieu, le Dieu fidèle qui garde son Alliance et son amour pour mille générations à ceux qui l’aiment et gardent ses commandements mais qui punit en leur propre personne ceux qui le haïssent ›› (Deutéronome 5, 6.9-1).

en dialogue avec son Dieu…

Cette révélation prend la forme d’un dialogue dans la rencontre où se noue l’Alliance avec Moïse au Sinaï.

Dieu se montre un partenaire exigeant mais aussi fidèle : Il ne cesse de pardonner et de renouveler l’Alliance lorsqu’elle est rompue par les infidélités et le péché d’Israël. Ce « peuple à la nuque raide ›› demeure toujours « l’enfant de la promesse ›› et Dieu ne l’abandonne jamais jusque dans ses errements. Plus encore, Il ne se contente pas de susciter et d’inspirer des prophètes qui corrigent et éclairent sa marche. Il envoie Sa Parole, Son Verbe, Son « Fils ›› : « Après avoir, à maintes reprises et de bien des manières, parlé autrefois aux pères dans les prophètes, Dieu, en la période finale où nous sommes, nous a parlé à nous, en un Fils qu’il a établi héritier de tout, en qui aussi Il a créé les mondes. Ce Fils est resplendissement de sa gloire et expression de son être et il porte l’univers par la puissance de sa parole ›› (Hébreux 1, 1-3).

 qui culmine en Jésus-Christ.

Le dialogue entre Dieu et l’humanité culmine alors dans la personne de Jésus de Nazareth. Il est l’Alliance car, en lui, la Parole de Dieu prend corps et Dieu s’unit à l’humanité. Le voir, c’est voir le Père (Jean 14, 9). Dans l’événement de Sa naissance, Dieu dit en plénitude Sa parole d’amour créatrice. Dans les événements de son existence terrestre, en Palestine, et jusque sur la croix, Dieu dit Sa volonté de sauver l’humanité des liens de la maladie, de l’exclusion et de la mort. Jésus s’y montre bien « parole-événement ›› dans les gestes concrets d’une vie très humaine, il manifeste la puissance de l’Esprit d’amour qui l’habite. Il guérit, relève, réconcilie, rend l’espérance et la vie à ceux et celles qui en sont privés. Par ces actions et par les enseignements qui les accompagnent, Jésus dit Dieu et Dieu Se dit en lui : « Le Père et moi nous sommes Un ›› (voir Jean 17, 22). Le chrétien trouve en lui la clé de lecture de toute l’histoire, celle d’Israël dont il hérite les textes, et la sienne propre.

Autrement dit, Dieu parle en révélant par Son action le projet de salut qui se réalise en Jésus-Christ.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!