Skiknaba 2018

Le coin des étudiants
Typography

Du 12 au 20 juillet, s’est tenue à Skikda l’édition de « Skiknaba ». Un camp de vacances qui se fait au presbytère de Skikda en un premier temps, et ensuite se poursuit avec une sortie touristique d’une nuit à Annaba d’où le nom « Skiknaba », Skikda et Annaba.

De la camaraderie à la fraternité

Ils étaient environ 26 étudiants à Skiknaba, venus de plusieurs wilayas d’Algérie. Ils ont été accueillis et encadrés par le père Théoneste, le père Michel et sœur Rosalie. Deux autres jeunes plus proches d’eux en étaient les organisateurs. Cette session qu’on pourrait dire thérapeutique sert de transition entre la fin d’année académique et les programmes personnels parfois incertains des temps de vacances. En une semaine, les liens entre étudiants vont de la simple camaraderie à une fraternité enrichissante. Cette fraternité se consolide peu à peu à travers la constitution de groupes de ménage, d’atelier de culture générale, de temps de chorale et de prière communes.

Les temps d’ateliers ont porté cette année, sur un cours biblique, l’arabe, l’islam et le photolangage. Dans une ambiance « bon enfant », ils commençaient les journées à la plage, revenaient heureux comme si la mer leur avait parlé de Dieu. Les soirées se passaient dans les chants et la danse après un temps de « Paroles et gestes ».

A la sortie sur Annaba, ils ont visité la basilique Saint-Augustin de long en large et de haut en bas, guidés par le recteur lui-même : Père Hilary, de la part de qui ils ont eu droit à une conférence sur la vie de saint Augustin. A sa suite, le père Gérard les ont entretenus sur les plantes, leur beauté, leur disparition certaine si rien n’est fait. Les participants à Skiknaba, pour leur part, ont offert aux hôtes de la maison de retraite, une chorégraphie. Les Petites Sœurs des Pauvres ont assuré généreusement leur souper avec des mets copieux.

De retour à Skikda le programme a repris son cours normal pour finir le soir du 19 juillet par une messe solennelle et un dîner avec les paroissiens et amis de la paroisse. Ce fut un autre festin durant lequel les sessionistes ont remercié le couple algérien qui a assuré les repas de la session. Une soirée culturelle s’en est suivie avec les invités. Le lendemain, jour de départ, ce fut le grand ménage, l’évaluation et la douloureuse séparation. Ah ! Qu’il est bon d’être jeune et d’être en vacances !

 


Rosalie SANON, SAB