Groupe biblique d’Oran

Le coin des étudiants
Typography

Depuis trois ans un groupe œcuménique se réunit mensuellement à St. Eugène.
Il est temps d'y jeter un coup d'œil !

Pour quoi êtes-vous venus au groupe biblique?

Gladys (Burundaise, étudiante en médecine): J'avais envie de partager la Parole de Dieu, entendre ce que les autres pensent... j'avais aussi besoin des éclaircissements sur la Bible. C 'est une rencontre avec des gens que je connaissais déjà, mais cette fois-ci sous un autre angle.
Honorine (Rwandaise, étudiante en biologie) : Des amis m'ont parlé du groupe d'une manière telle que j'ai eu envie de passer du temps avec eux.
Audrey (Gabonaise, mathématiques et informatique) : Quand je lis toute seule je ne comprends pas tout, alors que dans le groupe en écoutant les autres je comprends mieux !
Sébastien (français, ingénieur travaillant en entreprise) Je viens pour approfondir ma foi et savoir comment « décliner » la foi catholique dans la vie quotidienne.

Avant de venir à Oran, faisiez-vous partie des groupes bibliques ?

Alexis (Burundais, math-informatique) : Au pays, toutes les deux semaines, après la messe, les jeunes se réunissaient pour partager la Parole de Dieu, chanter, faire des louanges et de l'adoration. Mais ce n'était pas la même chose !
Gladys : Non ! Au pays je faisais partie d'une chorale ... Ici, j'ai fréquenté un groupe protestant qui a cessé ses activités. J'ai continué à lire la Bible toute seule... mais cette lecture solitaire était un peu fade : j'ai même cessé de la lire à un moment donné, fatiguée de ne pas toujours comprendre. Avec le groupe biblique de St. Eugène j'ai trouvé un soutient plus fort que dans la messe ou les réunions d'aumônerie...
Honorine : Au pays je participais à des rencontres ou des séminaires bibliques ; mais ce n'étaient pas un groupe permanent comme ici. Ici c'est solide !
Viviane (Malienne, religieuse) : Oui ! Au Mali je partais dans les Communautés Ecclésiales de Base de quartier pour le partage d'Evangile chaque lundi.
Jean-François-Régis (Rwandais, étudiant en médecine) : Au pays notre groupe se réunissait chaque semaine, mais nous étions tous membres de la même église. Ici je profite pour voir comment les autres confessions chrétiennes font pour s'ouvrir aux frères et à la Parole divine, car dans mon église d'origine on été un peu « fermés », mais en voyant l'ouverture des autres cela m'aide beaucoup !

Quel profit spirituel tirez-vous ?

Gladys : Ca m'aide à mieux connaître les autres grâce à leurs expériences partagées, ça nous unis ; certes on partage des versets bibliques, mais ces versets sont vécus dans les relations humaines, la vie des autres m'aide à savoir comment me conduire. Partager la Parole de Dieu signifie partager une expérience de vie que je vais ensuite traduire dans ma vie de chrétienne. Ici en Algérie ma foi est plus grande !
Honorine : Au début j'avais peur qu'il s'agisse de « théologie compliquée », mais dans le groupe on relie la Parole de Dieu à notre vie quotidienne, les témoignages des autres nous fortifient dans notre foi, ça nous aide à avancer, à mieux comprendre l'impact de cette Parole sur la vie.
Viviane : la diversité des membres du groupe fait que chacun comprend la Parole d'une manière différente. Cette diversité nourri ma foi.
Jean-François-Régis : Quoique je lise la Bible quotidiennement, si je suis dans le groupe depuis trois ans, c'est parce que tous les progrès intérieurs que je pourrais faire en solitaire dans un mois, ici, avec les autres je les réalise dans une seule séance. Je ne peux pas quitter le groupe !!

solidaire

Etre dans un pays musulman change la manière de lire la Bible ?

Gladys : Chez moi je ne voyais pas l'importance de lire la Bible , je n'y mettais pas mon cœur. En débarquant en Algérie le fait de côtoyer les musulmans, d'écouter leurs questions sur ma foi, j'ai découvert mon ignorance... je me suis dit alors que je me devais de connaître ma foi et mon Livre Saint, comme le musulman connaît son Coran ! Mais aussi pour répondre avec justesse aux questions qu'on me pose. ... Ce pays m'a motivé à lire la Bible !
Honorine : La Parole de Dieu est la même partout, son message ne change pas. Par contre ce qui change c'est la motivation, le besoin de la lire, les réponses que tu vas trouver liées à la situation concrète du lecteur.
Jean-François-Régis : Au début, l'arrivée dans un pays musulman est déroutante. Mais on fini par s'habituer et, puis, le groupe est là pour nous aider.
Marlène (Ivoirienne, Math-Informatique) Seule ce n'est pas facile de lire et de comprendre la Bible , surtout que nous sommes dans un pays musulman. Ce groupe me permet de vivre ma foi tranquillement !

Le plus beau souvenir du groupe...

Gladys : Mais, il y en a beaucoup !!! Le fait que à chaque réunion je rencontre des gens que j'aime, penser à chaque fois que je vais les revoir... en plus à la fin de nos réunions aussi on partage des limonades, des gâteaux, des pizzas... Dans ce groupe non seulement on médite sur la Bible , il y a une suite après, il y a des gestes de fraternité, d'amitié...
Honorine : Je me souviens d'une fois où nous avons lu le dernier repas de Jésus... et ensuite on a fait venir sur la table du vrai pain et du vrai vin. En partageant ces aliments et en les offrants à celui qui était à nos côtés j'ai senti quelque chose de profond dans le partage... Et encore une autre fois nous avons organisé une surprise pour l'anniversaire de l'un d'entre nous : on sentait bien qu'il y avait quelque chose de fort qui nous unissait les uns aux autres.
Sébastien : Toutes les personnes qui viennent sont souriantes, on retrouve une bonne ambiance et c'est à chaque fois la joie !
Jean-François-Régis : Moi pour l'an prochain je souhaite que le groupe continue, que les nouveaux qui arriveront s'intègrent (c'est un moyen pour avoir des amis et pour se sentir protégé). En plus le groupe lutte contre le dégoûtage car il est devenu une famille !