8 décembre 2019, Béatification de Pierre Claverie et ses 18 compagnons vue côté musulman.

Le cardinal Angelo Becciu et la communauté focolari d'Alger

Dialogue
Typography

Les musulmans d’Oran et de la région n’étaient pas en reste dans l’organisation de la béatification. Nous avons pu recueillir les témoignages et les impressions d’un groupe des Focolari.

Voici ce qu’ont écrit à ce sujet Hayat et Nadjib lors d’un congrès international des musulmans en Italie en juin 2019

Icône de la Béatification de Pierre Claverie et ses 18 compagnons Souhaitée par l’Église catholique d’Algérie et le Saint Siège et fortement soutenue par les autorités algériennes, l’élévation des chrétiens assassinés, dont les moines de Tibhirine et l’évêque d’Oran, Pierre Claverie, au rang de Bienheureux est un signe de fraternité entre les musulmans et les chrétiens.
Une cérémonie placée sous le signe de «la communion avec tous les Algériens» d’autant que par la même occasion un hommage a également été rendu aux 114 imams assassinés à la même époque.

C'est ainsi que cette cérémonie prend tout son sens : «Le sens de ces béatifications, c'est la valeur du témoignage de chrétiens tués avec des musulmans, dans une épreuve qu'ils ont faite leur»
C’est une première dans un pays à majorité musulmane. Tout un symbole. Mais aussi un fort message de tolérance, et de dialogue. Un instant de paix retrouvée, alors que le monde traverse l’une des périodes les plus difficiles de son histoire.

La décision de nous engager dans cette aventure a été prise de manière communautaire et nous étions très heureux de collaborer et de donner à cette occasion le témoignage de notre vie ensemble, de nos valeurs, de cette unité qui caractérise notre engagement.

A l'approche du 8 décembre, la communauté s'est rendue disponible, et l'Église, a voulu nous confier l'important rôle de l’accueil des personnes venues de l'étranger, notamment les membres des familles des bienheureux, aussi bien à l'aéroport qu’à l'hôtel et au sanctuaire où s'est déroulée la béatification.

Nous y avons adhéré avec joie comme une possibilité d'avancer dans la fraternité.

Un rôle de facilitateurs, être ceux et celles qui accompagnent, guident, informent, ou tout simplement offrent un sourire. Être un don pour l’autre, en particulier pour les familles des béatifiés, pour le frère, peu importe qu’il soit musulman ou chrétien,. Cela s’est fait de façon naturelle, comme le veut la tradition musulmane et chrétienne. Témoigner de notre vie comme une famille.

Être un don pour l’autre, pour le frère, peu importe qu’il soit musulman ou chrétien.

Béatification à Oran, accueilDes amis d’Alger qui n’ont pas pu se déplacer à Oran, ont souhaité rencontrer le représentant du pape François, le cardinal Angelo Becciu, préfet de la Congrégation des causes des saints, avant son départ pour Rome, ainsi que les évêques en poste en Algérie. Cette rencontre s’est faite dans la convivialité en partageant le thé et les dattes (tradition de bienvenue en Algérie) à la Maison diocésaine d’Alger.
Il a été touché par l’enthousiasme et l’engagement de ces algérois et algéroises qui lui ont demandé de transmettre au Pape François un message de paix, de fraternité et de dialogue, en tant que communauté musulmane des focolari. Ce qu’il s’est engagé à faire avec joie.
Cet évènement a été aussi l’occasion de comprendre à quel point le dialogue interreligieux entre la communauté chrétienne et musulmane a permis d’arriver à ce niveau très élevé de collaboration.
La profonde coopération entre l’Église catholique d’Algérie et les autorités musulmanes a permis de rendre possible cet événement assez unique dans l’histoire des Relations entre Chrétiens et Musulmans.

Tout est possible lorsque nous œuvrons pour l’Amour réciproque et que nous « mettons » Dieu au milieu de nous.

Notre vie, notre foi, et les principes que nous mettons en pratique tels qu’enseignés par Chiara Lubich nous ont conduits à vivre une merveilleuse aventure, comme preuve que tout est possible lorsque nous œuvrons pour l’Amour réciproque et que nous mettons Dieu au milieu de nous.
Après cet évènement l’archevêque d’Oran, a fait part de la reconnaissance de l’Église pour notre contribution et a tenu à remercier vivement la communauté de cette ville. Il a souhaité que cette collaboration et ce travail commun puissent continuer en travaillant ensemble à la réussite des activités qui se déroulent au sanctuaire de Santa Cruz dont l’esplanade porte désormais un nom significatif : « Vivre ensemble ».

Quelques impressions :

« J'étais à l'accueil à l'aéroport et à Santa Cruz.Le premier contact était très naturel, spontané pour moi je suis allée attendre des amis. »
« Très belles rencontres avec les gens et très émouvantes. »
« Ce qui m'a frappé et qui m'a ému c'était la cérémonie de Saint Eugène : Chrétiens et Musulmans étaient en Unité. »

« Nous considérons que les martys ainsi que l’Église fait partie de notre peuple. »

« C’était une joie pour nous d’accueillir tous les participants et en particuliers les familles des martyrs et d’autres et aussi pour leur témoigner notre solidarité et notre amour en notre qualité de musulmans. »
« C’est pour nous une expérience unique et pleine d’espoir pour notre pays car elle a mis une nouvelle pierre dans l’édification d’une Algérie plurielle. »
« Pourquoi y avoir participé ?  :.le pourquoi ne s'est pas posé pour moi, c'était  normal ..un devoir. »
« J’étais à l'accueil à l'aéroport... A la chorale à la veillée, ensuite à l'accueil à Santa Cruz.... ce fut un contact entre frères.....ce n'était pas entre chrétiens et musulmans.. Je n'y ai même pas pensé.. ». 

Béatification à Santa Cruz (Oran)

« J'y ai participé afin de témoigner de mon unité et du sentiment de fraternité que je ressens envers la communauté chrétienne d'Algérie. Aussi pour témoigner de ma gratitude envers les 19 martyrs et leurs familles. »
« Pour moi, cet événement représente une volonté d'aller de l'avant entre les communautés musulmanes et chrétiennes et les entités qui les représentent. »
« Je reste optimiste et plein d'espoir après avoir pris conscience de l'ampleur d'une telle initiative dans ma ville natale. »
« Chaque endroit au monde devrait être le toit de pareilles initiatives afin d'avancer dans le respect et la tolérance. Je crois que le passé n'est pas le seul facteur qui définit l'avenir. Que la volonté de construire est plus forte que l'envie de détruire. »

Béatification à Oran de Pierre Claverie et ses 18 compagnons 

 

Propos recueillis par Didier Lucas