Les Petits Frères de Jésus

Communautés masculines
Typography
Tout a commencé en 1933, soit 17 ans après la mort de Charles de Foucauld à Tamanrasset. Un petit groupe de religieux, avec à leur tête René Voillaume, arrive à El Abiodh Sidi Cheikh aujourd'hui daïra de la wilaya d'El Bayadh. Installés dans un ancien bordj militaire. Ils vont faire l'apprentissage de la vie religieuse en lien avec une communauté de croyants d'une autre culture religieuse, les Ouled Sidi Cheikh qui appartiennent à une confrérie maraboutique musulmane. Ainsi naît la congrégation des Petits Frères de Jésus qui s'inspirent de la vie et de la spiritualité de Charles de Foucauld, et qui va progressivement s'étendre en France puis dans le monde entier.


tazroukLes bouleversements qui marquent la vie de l'Eglise et du monde entraînent les Petits Frères, en fidélité à leur vocation à la suite de Jésus de Nazareth, à s'orienter vers les milieux défavorisés des villes et des campagnes : banlieues ouvrières, milieux des dockers, des mineurs et des marins pécheurs, campagne berbère, favelas d'Amérique du Sud, etc... Désormais les frères vont vivre à deux ou trois dans un pauvre logement de quartier populaire, proches de leurs compagnons de travail et de leurs familles.. S'ils partagent la vie laborieuse et l'amitié de ceux qui semblent sans influence dans le monde, ils ont aussi à les porter dans la prière, une prière centrée sur l'o.jpgffrande de Jésus dans l'Eucharistie à laquelle ils s'efforcent de s'unir quotidiennement. C'est pour cela qu'ils aménagent presque toujours une pièce en chapelle qu'ils soignent avec amour. Ils ont à apporter au Seigneur les joies et les peines, les souffrances et les espoirs de tous les petits et les pauvres, comme les aspirations du monde à la paix et à la justice.

En Algérie, les frères se sont installés en divers lieux:

A El Abiodh Sidi Cheikh

Lieu de fondation et de formation des Petits Frères, il ne reste aujourd'hui que trois frères qui continuent cette présence au village en fidélité d'amitié aux premiers engagements. Périodiquement, ils sont rejoints par d'autres frères souhaitant vivre une année sabbatique au désert.

En montagne, au Djebel Bissa

En 1945, lieu qui a du être abandonné à cause de la violence en 1994 après une première interruption de 1958 à 1962.

En ville, à Alger et Annaba

Dès l'année 1949, des frères s'installent à Alger. Au bidonville de Mahieddine (1951) puis dans d'autres cités et aussi à Annaba en 1973. Travaillant dans l'industrie, le bâtiment la formation professionnelle ou la santé, les frères ont partagé les soucis et les angoisses de leurs voisins et amis, leurs espérances aussi. Cette présence de prière et de partage fraternel se poursuit encore aujourd'hui.

Dans le désert du Hoggar

L'Assekrem

l'assekremTrès tôt des frères désirèrent vivre au Hoggar où vécut Charles de Foucauld de 1905 à 1916. Le 25 janvier 1955 est fondée la fraternité de l'Assekrem à côté de l'ermitage bâti sur le plateau en 1911. D'autres petits ermitages offrent aujourd'hui des séjours en solitude à ceux qui le désirent (religieux, prêtres ou laïques). Là-haut les frères partagent leur temps entre la prière, et l'accueil des visiteurs notamment algériens, en nombre toujours plus grand, avides de connaître leur patrimoine spirituel.

Tamanrasset

A Tamanrasset, trois frères assurent une présence parmi la population de cette ville où a aussi habité Charles de Foucauld. Là se trouvent la 'frégate', son premier ermitage et le bordj qu'il fit construire peu avant sa mort en 1916. L'un des frères est devenu un spécialiste du frère Charles, connaissant très bien et sa vie et le milieu touarègue. Il écoute les nombreux visiteurs, pèlerins et touristes, et les accompagne pour des temps d'échange et de prière.

Tazrouk

Début 1958 des frères se sont installés à Tazrouk petit village du Hoggar à 150 km au nord-est de Tamanrasset. Présence aux nomades touarègues, emplois d'infirmier, chauffeur de camion, réparateur de motopompes ou maçon, voilà ce que font les frères, partageant la vie du village, ses fêtes et ses joies, mais aussi ses deuils et ses souffrances. Etrangers et pourtant accueillis. Différents et pourtant reconnus comme frères.