Chrétiens et musulmans en chemin chez les Focolari

Focolari-Musulman-chrétien

Dialogue islamo-chrétien
Typography

Ensemble donnons l’espérance
Ce sont 45 personnes du Maghreb, dont 40 de l’Algérie, qui ont pu cheminer ensemble au congrès de Castelgandolfo, accueillies dans la salle prêtée par Saint Jean-Paul II au mouvement des Focolari.
Pour bon nombre d’Algériens, il est émouvant d’entrer dans ce lieu et de se retrouver avec 420 personnes d’une trentaine de pays, toutes différentes : chiites, sunnites, catholiques, protestantes et autres, alors c’est l’aventure !

 

 

45 personnes sur 400, voilà qui donne un témoignage et une empreinte spéciale, ce qui fera dire à un habitué des lieux « tout change avec ce groupe, cela me donne de l’espoir ».

C’est bien d’espoir dont il est question et c’est d’autant plus nécessaire que l’actualité du dialogue islamo-chrétien reste toujours difficile. Les jeunes sont nombreux et donnent souvent le ton comme Amin et Tamara, présentateurs du programme. La ponctualité qui caractérise ce lieu est quelque peu bouleversée… l’influence du Maghreb y serait-elle pour quelque chose ?

dialogue-islamo-chrétien-focolari Les interventions ont toutes été de grande qualité, comme celle du professeur Amer Alhafi, professeur de religions comparées à l’université d’Amman, sur le thème « nous musulmans face aux défis du temps présent », ou bien d’ Adnane Mokrani et de Mgr Dubost qui ont mis en valeur des semences d’espérance, ou bien encore celle de Shahrzad Houshmand, théologienne Chiite, qui nous a parlé de Marie en 12 points remarquables. C’est aussi la question de la souffrance qui a été abordée avec le théologien Hubertus Blaumeiser et M. Mohamed Shomali, chiite, directeur du Centre Islamique d’Angleterre.

Le programme se voulait surtout fait de témoignages et d’expériences vécues, ce qui fut le cas, depuis les Philippines aux Usa, en passant par la Macédoine, le Liban, l’Italie, la France etc. Ces interventions nous ont montré que de plus en plus d’initiatives voient le jour à travers le monde, avec un impact toujours plus grand, créant ainsi un nouveau mode de penser, notamment en Italie. Le père Giuseppe Scattolin, célèbre islamologue, a aussi donné un témoignage très éclairant sur le soufisme aujourd’hui.

interventions dialogue islamo-chrétienUn après-midi « portes ouvertes » a permis à 300 personnes de s’associer au programme, avec notamment Mgr. Miguel Ayuso, secrétaire du Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux. « Au regard du panorama mondial d’aujourd’hui – a-t-il affirmé – qui vit une profonde transformation vers une société toujours plus multiculturelle et multi religieuse, le mouvement des Focolari s’est engagé depuis longtemps à développer le dialogue entre les croyants pour que le pluralisme religieux de l’humanité ne soit pas une cause de divisions ni de guerres, mais favorise la construction de la fraternité et la paix dans le monde ».

Mais écoutons quelques impressions d’Algériens :

F. « J’ai plus de confiance dans l’avenir, les ponts continuent à se créer, nous avons tous les mêmes interrogations et je vois les enfants de ceux qui participaient aux congrès précédents depuis plus de 10 ans qui continuent à porter le flambeau. Nous sommes sur le chemin et on avance avec ces trois mots : croire, faire, continuer. Le langage dans la vérité et notre autocritique en tant que musulmans est nécessaire et bénéfique, notre expérience en Algérie étonne tout le monde et beaucoup veulent venir voir. »

dialogue islamo-chrétien-focolariRami : « Le contenu était très profond, le dialogue avance mais le chemin est encore long, pour moi le programme était top chargé. Le comportement de certains musulmans m’a choqué, les actes ne correspondant pas aux paroles, j’ai beaucoup aimé la messe ». En effet les chrétiens ont pu assister à la prière du vendredi et les musulmans à la messe du dimanche.

Amin : « Le contenu était super enrichissant, nous sommes au-delà du dialogue comme disait Jesùs Moran ( vice-président des Focolari ). Mon expérience est que dans ce dialogue on se met à nu devant l’autre et on se retrouve homme face à un autre homme, de là naissent des relations très profondes et très riches, par exemple dans le worskshop de chant où j’étais l’animateur, composé uniquement dialogue islamo-chrétien-focolaride femmes, j’ai dû tout perdre et partant de là nous avons pu construire quelque chose en très peu de temps. Notre expérience de dialogue intra-religieux a aussi été très intéressante avec les chiites. »

Samira : «Le dialogue entre nous musulmans et parfois plus difficile qu’avec les chrétiens, j’ai parlé avec beaucoup de jeunes filles portant le hijab et parfois on me prenait pour une chrétienne, notamment les Américains. J’ai beaucoup appris sur Marie la mère de Jésus, nous avons vraiment vécu un échantillon du paradis : vivre ensemble avec nos différences est un enrichissement. »

dialogue-islamo-chrétien-focolari« Nous n’avons pas fait de comparaison, ni d’adaptation, il y avait une grande liberté d’expression, on avance ensemble sur le chemin. »

Quelques passages de l’exposé de la théologienne Shahrzad Houshmand au sujet de Marie.
« Marie est capacité de Dieu, Marie dans le Coran est notre exemple commun à suivre aujourd’hui, hier, et demain, elle est mère de la Sagesse et de l’unité.

Aujourd’hui nous musulmans de différentes écoles théologiques, (sunnites, chiites, kharijiti, alaviti) sommes invités par des frères et sœurs d’un mouvement qui s’appelle Œuvre de Marie.

Pour eux Marie est l’exemple sublime à suivre et aussi pour nous musulmans. Il est peut-être temps d’utiliser la parole : « nous ». Nous, croyants en Dieu, créateur du ciel et de la terre, Nous qui aimons Dieu et cherchons à le servir dans le prochain.

 
Didier Lucas