Bon ramadan chers frères et sœurs musulmans !

Dialogue islamo-chrétien
Typography
N'ayons pas peur de les assurer de nos prières et de notre fraternité spirituelle alors que le mois le plus saint de l'islam a commencé ce lundi 6 juin.

« Que la paix soit avec toi durant ces jours d’épreuve », « Je suis à tes côtés », « Que Dieu te bénisse et affermisse ton cœur ! ». Recevoir ce genre de messages ces prochains jours vous choquerait-il ? Et pourtant ces vœux ont été adressés à une « bonne chrétienne » par tous ses amis musulmans un certain... mercredi des Cendres.

Il y a quelques mois à peine, j’avais été très touchée de ces nombreuses marques d’amitié sincère. Pendant ce temps de jeûne, de prière, d’aumône et de privation, certains amis musulmans s’étaient même humblement recommandés à ma prière, me confiant leurs intentions les plus intimes et leurs difficultés afin que je les présente à Dieu dans ma toute petite offrande personnelle.

Quelques uns – ou plutôt quelques unes ! – m’avaient même accompagnée pendant ces quarante jours en se privant elles-mêmes de certains aliments. Des musulmans faire le Carême ? Quel paradoxe ! Mais ne serait-il pas temps de dépasser nos simples considérations humaines pour voir au-delà : ce dialogue de cœur à cœur entre les créatures et leur Créateur ? Quelle simple mais belle preuve d’amitié !

Ce lundi 6 juin, ces mêmes amis sont entrés dans le mois de ramadan. Pendant quatre semaines, ils vont, à quelques exceptions près (âge, maladie, maternité, grossesse, etc.), s’abstenir de nourritures, de boissons et de relations sexuelles du lever au coucher du soleil. En effet, le jeûne constitue l’un des cinq piliers de l’islam avec la profession de foi, la prière, l’aumône et le pèlerinage à la Mecque.

Dépassons nos préjugés

Ne jugeons pas trop rapidement ce que nous ne comprenons pas ou ne maîtrisons pas. Si le jeûne intégral du mois de ramadan nous interpelle autant, nous catholiques français, provoquant curiosité, incompréhension, méfiance, dédain, voire même colère... c’est peut-être qu’il nous renvoie à notre propre foi, non ? En particulier ce jeûne, dont Jésus vantait Lui-même la puissance dans l’Évangile : « Cette sorte de démon ne sort que par le jeûne et la prière » (Mt 17, 21). Combien d’entre nous l’ont délaissé ?

Et si nous aussi, les catholiques, redécouvrions les bienfaits du jeûne alimentaire sur notre corps, notre esprit et notre âme ?

En ce premier jour de ramadan, permettez-moi de confier à Dieu mes amis ainsi que le milliard et demi de musulmans du monde. N’oublions pas que la piété dont font preuve les musulmans peut aussi nous conduire à retrouver la nôtre. La foi du bienheureux Charles de Foucauld n’a-t-elle pas été ravivée en observant des musulmans marocains prier ?

« Une nuit du destin, après le vingt-septième jour du ramadan. Alors, les démons sortent de la terre, ce qui justifie la nuit de prière pour se soustraire à leurs tentations. On comprend, dans le recueillement de nuits semblables, cette croyance des Arabes à une nuit mystérieuse, leïla el Kedr, dans laquelle le ciel s’entrouvre, les anges descendent sur la terre, les eaux de la mer deviennent douces et tout ce qu’il y a d’inanimé dans la nature s’incline pour adorer son Créateur. »  Charles de Foucauld de Jean-Jacques Antier,Paris, Éditions Perrin,‎ novembre 2005, p. 70

Chers frères et sœurs musulmans, bonne entrée en ramadan ! Que Dieu vous facilite votre jeûne et qu’Il vous accorde toutes les grâces que vous Lui demanderez pour vous et tous ceux que vous aimez.