Au pays de Saint Augustin, l’église catholique est discrète mais il est arrivé des périodes où des journaux bêtes et méchants lui prêtaient de sournoises intentions au grand dam d’un Mgr Henri Tessier, homme de dialogue et de partage.

Lire la suite : Dans "Chrétiens d'Algérie-Sur les chemins de la rencontre", Jean Dulon dévoile une "Algérie proche...

Le christianisme a commencé à faire sa mue environ mille ans après son apparition. Des facteurs exogènes mais aussi endogènes provoquèrent une perturbation irréversible de son ordre au point où il sentit la nécessité, sous peine d’être condamné par l’Histoire, de se remettre en question. Le recul de la pensée statique, sous les coups de boutoir de l’évolution du savoir, qui s’empara de l’Église, provoqua la remise en cause du pouvoir religieux au profit de la pensée scientifique qui, dans maints cas, fut issue du christianisme lui-même.

Lire la suite : Le combat perdu du salafisme - par Ahmed Abdouni (SafirNews)

Cheikh Khaled Bentounès. Guide spirituel de la Tariqa Alawiyya
«L’islam n’est pas un catalogue de prescriptions»

Dans cet entretien, le cheikh Khaled Bentounès, guide spirituel de la confrérie Alawiyya depuis 1975, dissèque avec lucidité les grandes plaies de notre époque, entre violences, conflits, mondialisation sans âme, crise des réfugiés et montée des extrêmes. Il interroge également les sociétés musulmanes, majoritairement engoncées dans une religiosité étriquée et spirituellement desséchée, réduisant l’islam à un «catalogue de prescriptions» et d’interdits. Fidèle à ses convictions humanistes, le cheikh Bentounès plaide pour une culture du «vivre-ensemble» dont la clef de voûte est «l’éducation à la paix». Pour lui, la paix n’est pas un vœu pieux mais un programme d’action. «C’est même le programme le plus urgent», insiste-t-il.

Lire la suite : Cheikh Khaled Bentounès : interview accordée au journal Algérien Al-Watan du 03 août 2017.