Egypte - le miracle de Zeitoun : 1968, la vierge Marie apparaît aux egyptiens

Eglise Universelle
Typography

Quelque 17 millions de chrétiens coptes du pays se tournent vers la Vierge Marie pour implorer sa grâce et son intercession face à la pandémie du Covid-19 et ses terribles conséquences.

Source : Sos chrétien d'Orient

Alors que l’Église Copte orthodoxe vient d'annoncer la fermeture de toutes les églises, chapelles, monastères et cathédrales d’Égypte durant la Pâque, les quelque 17 millions de chrétiens coptes du pays se tournent vers la Vierge Marie pour implorer sa grâce et son intercession face à la pandémie du Covid-19 et ses terribles conséquences.

Ce choix d'intercession n'est pas dû au hasard : qui de mieux placé que la Mère de Dieu pour parler à son Fils ; qui de mieux placé que la Très Sainte Vierge Marie pour venir secourir les Égyptiens, elle qui a déjà tant fait pour eux dans le passé et encore de nos jours.

En effet, cela fait maintenant 52 ans, jour pour jour, que les premières apparitions de la Vierge Marie ont débuté dans le quartier de Zeitoun au Caire !

Dans la nuit du 2 au 3 avril 1968, un garagiste musulman sort pour fumer une cigarette. Il s'accroupit contre l'entrée de son garage, prend son briquet, allume sa cigarette de la marque « Cléopâtre » et... la fait tomber aussitôt !

Une femme, toute de blanc vêtue, lumineuse et rayonnante se trouve sur le toit de la petite église copte orthodoxe du quartier juste en face de son garage. Elle est au bord du vide !

LA VIERGE MARIE APPARAÎT AUX EGYPTIENS
Le garagiste court vers l'église pour prévenir le gardien et tenter de raisonner cette femme qui pense peut-être à sauter et à mettre fin à ses jours. Mais il n’en est rien…

Il regarde de plus près, se frotte les yeux : une auréole d'or et de lumière écarlate surplombe cette femme, elle ne marche pas mais survole légèrement le toit de l'église.

Le garagiste musulman tombe à genoux : il vient de reconnaître « Maryam ».

La mère de Jésus, « Yasu » chez les musulmans... Il prie et ouvre ses mains vers le ciel et déjà quelques personnes accourent et reconnaissent une apparition : « Ya Maryam ! » s'exclament les premiers chrétiens qui voient l'apparition.

La Vierge Marie est là, présente, radieuse et lumineuse, dans ce quartier populaire et pauvre du Caire.

Durant trois ans, les apparitions se succéderont à intervalle irrégulier : quelques heures, minutes espacées de jours, semaines ou mois. Elles seront reconnues par l’Église Copte Orthodoxe, l’Église Catholique et la grande Mosquée et institution religieuse sunnite d'Al Azhar.

Des millions de personnes, Égyptiens et étrangers se donneront rendez-vous devant l'église et dans les rues adjacentes pour tenter d'apercevoir la Vierge Marie.
Parmi eux, un Allemand et un Australien qui deviendront plus tard, respectivement l'un des premiers évêques copte orthodoxe d'origine étrangère et l'australien, un moine ermite dans le désert de la Mer Rouge.

Parmi eux aussi, un ami de SOS Chrétiens d'Orient, notre très cher, Docteur Adel Ghali, médecin des chiffonniers du Caire et compagnon de route de Sœur Emmanuelle pendant 22 ans.

LA VIERGE MARIE APPARAÎT AUX EGYPTIENS

Il avait 18 ans en avril 1968, au moment des apparitions. Alors à l’université d’Alexandrie, il décide de sécher les cours pour rentrer à Zeitoun, son quartier de naissance et d'enfance pour apercevoir et prier la Vierge Marie.

Il ne la verra pas les premiers jours mais alors que son espoir grandissait et ses prières raisonnaient de plus en plus, le miracle se produit. Je lui laisse la parole :
« Mon petit frère, âgé de 11 ans, m'avait écrit une lettre pour m'annoncer les apparitions de la Vierge. J'avais donc demandé conseil à un prêtre d'Alexandrie et avec sa bénédiction (petits rires du Docteur) j'avais séché les cours de ma faculté de médecine pendant une semaine pour voir moi aussi la Mère de Dieu (...) Je suis resté une semaine devant l'église, j'ai jeûné et j'ai beaucoup prié.
Il faut savoir que des prières et des chants composés durant ces années d'apparitions sont aujourd'hui des chants et des prières officiels utilisés dans notre Église !
Alors que j'entamais mon avant-dernier jour d'école buissonnière, à attendre et guetter le moindre signe, une lumière éclatante est apparue au-dessus d'un dôme de l'église... j'ai pleuré et sourit en même temps. J'étais tellement heureux !
C'était merveilleux ! Je voyais une lumière blanche resplendissante avec une sorte de couronne d'or sur le toit de l'église. En quelques instants, je distinguais le visage aimant et magnifique de Notre Dame, le même visage que celui de la statue de Notre Dame de Lourdes vue par Bernadette Soubirous !
J'étais heureux ! J'ai beaucoup prié cette nuit-là. Chrétiens, musulmans, athées et agnostiques étaient là aussi et ont prié, chanté, pleuré et beaucoup ce jour-là ont retrouvé la foi. »

C'était il y a 52 ans mais ce ​témoignage de foi est plus que jamais d'actualité en cette période de pandémie et ​de douleur. Une Mère, une femme protège et donne la vie. Ainsi, que la Vierge puisse veiller sur nous, nos proches et le monde entier.

Que la Bienheureuse Marie, Notre-Dame des 7 douleurs, prie pour nous, et apaise nos douleurs. O Marie, Mère Douloureuse, offre à la Très Sainte Trinité, les Plaies et les Douleurs de l'Humanité Sacrée de notre Sauveur Jésus-Christ, ton Fils ; joins à cette offrande nos vies pécheresses avec leurs joies, leurs soucis et leurs peines.


Jérôme Cochet, chef de mission en Egypte.
https://www.soschretiensdorient.fr