PÉNINSULE ARABIQUE : « Courageux et fidèle » jusqu’au bout

Eglise Universelle
Typography

L’Aide à l’Eglise en Détresse rend hommage à Mgr Camillo Ballin qui a accompli son ministère au Koweït en 2005, en Arabie saoudite, au Qatar et au Bahreïn. Décédé le dimanche de Pâques, le 12 avril dernier Il a effectué son ministère dans les endroits parmi les plus difficiles au monde

Le missionnaire combonien est mort à l’âge de 75 ans des suites d’une longue maladie. Il a exercé son ministère dans tout le Proche-Orient. Ordonné en 2005 évêque, il fut vicaire apostolique du Koweït avant d’être nommé en 2011 premier vicaire apostolique d’Arabie du Nord, se voyant ainsi confié les communautés catholiques de Bahreïn, du Koweït, du Qatar et de l’Arabie saoudite.

Apostolat au cœur de l’islam

Le Père Andrzej Halemba, coordinateur des projets pour le Proche-Orient de l’Aide à l’Eglise en Détresse (AED), a rendu hommage à l’évêque en saluant « son apostolat au cœur de l’Islam [qui] fut très courageux et dynamique ». « Mgr Ballin n’a jamais nié être chrétien, a-t-il ajouté, mais en même temps, il a su gagner le respect de tous pour sa maîtrise de l’arabe et son respect pour la culture arabe ».

Le Père Halemba a en outre affirmé que « Mgr Ballin portait la soutane et la croix, dans certaines parties du Golfe où les symboles de la foi chrétienne ne sont pas les bienvenus, voire interdits. » Le responsable des projets de l’AED a également déclaré que la priorité du prélat était de répondre aux besoins d’une communauté de plus en plus nombreuse en comparaison au reste du Proche-Orient où les fidèles sont en net recul.

Notre-Dame d’Arabie

Ces dix dernières années, Mgr Ballin a développé 50 projets avec l’AED. Le plus important d’entre eux constitue en la construction de la cathédrale Notre-Dame d’Arabie, à Bahreïn, un édifice capable d’accueillir 2 500 personnes et qui dispose de 16 annexes polyvalentes. À la suite de négociations avec l’évêque, le roi de Bahreïn Issa Al Khalifah a offert à l’Église catholique un terrain de plus de 8000 m2 pour la construction de la cathédrale qui, à son achèvement, servira aux 2,5 millions de fidèles de tous les pays du vicariat.

La cathédrale, dont la construction est très avancée, est considérée comme une grande avancée dans les relations entre l’Église et l’État. Elle est aussi le signe d’une communauté chrétienne en pleine croissance. Selon le Père Halemba, « Mgr Ballin a fait preuve d’une grande détermination en surmontant de nombreux défis pour soutenir les besoins pastoraux d’une communauté qui comprend beaucoup de travailleurs étrangers originaires, notamment, des Philippines, d’Inde, du Pakistan, du Bangladesh et de Corée du Sud.

Un exemple de courage

La pratique du Christianisme dans la péninsule arabique est sévèrement restreinte dans certains pays, et se limite principalement aux territoires des ambassades étrangères et dans les maisons privées. Les prêtres ne sont généralement pas autorisés à apparaître en public en habit ecclésiastique, et il est strictement interdit aux musulmans de se convertir au Christianisme.

En définitive, « il a laissé en héritage l’exemple de son courage, qui a permis aux gens de vivre leur foi à un endroit où il est souvent difficile de la pratiquer, et aussi son grand travail pour faire en sorte que les chrétiens soient pleinement respectés dans ce qu’on peut appeler le cœur de l’islam. », a souligné le père Halemba. Et ce dernier d’ajouter : « Je me souviens qu’il a toujours dit qu’il était important que les chrétiens témoignent de l’amour de Dieu, où qu’ils soient. »

Article tiré du site web de l’AED

https://www.aed-france.org