Piotr

Témoignages
Typography

Le 22 mai 1994, Piotr Gernigon-Spychalovicz, 14 ans qui vivait à Alger et connaissait Henri Vergès qu’il avait rencontré à la bibliothèque de la Casbah écrit ce poème.

Un homme est mort ce soir,

Peut-être pour rien,
Peut-être pour un rien,
Peut-être parce que c’est bien.

L’homme est mort cette nuit
Je n’ai pas pu le voir.
Il n’aura plus d’histoire
Moi, j’ai encore espoir.

Il est mort ce matin
Il a donné sa vie,
N’a jamais rien repris
Et toujours a dit oui.

 Il a vécu, en est mort
Le cœur sur la main
La main sur le cœur
Pour avoir été…humain.

Piotr qui poursuivait des études universitaires en France, mais venait régulièrement voir ses parents à Alger, est mort en France en 1996 ,électrocuté à Clermont Ferrand lors de la fête de la musique, suite à des travaux mal faits par des électriciens de la ville.